Le dernier des ambulants (2018)

Les plus anciens se souviennent de tous ces commerçants ambulants qui, autrefois, sillonnaient les petites routes pour partir à la rencontre des clients, parfois isolés, afin de leur proposer leurs marchandises. On sortait de chez soi au coup de klaxon. « C’était bien plus qu’un simple achat, on se retrouvait, on se donnait des nouvelles, on échangeait. ». Voilà le travail de Pierre (56 ans) poissonnier ambulant qui, depuis 1982, parcours les routes des Corbières, du Minervois et du Cabardès sans relâche, du mardi au vendredi. Il me confiait avoir tissé, au fil des ans, des relations amicales avec certains de ses clients, ça ne m’étonne pas ! Il a toujours un mot agréable pour chacun d’eux, parfois il les taquine, surtout les papets et les mamettes qui rigolent de ses bêtises. Pierre je te remercie encore un fois de m’avoir accepté dans tes tournées qui m’ont procurées un bien fou, j’avais l’impression de revivre ma tendre enfance, l’époque où il y avait de nombreux ambulants dans le village, l’époque où les gens se regroupaient autour du camion et chacun y allait de son anecdote... Petit rappel : Qui ne se souvient pas du sympathique et regretté François, son père, qui lui aussi était poissonnier ambulant et dans les années 90 Pascale, sa sœur, également ambulante. Il y avait trois camions de poissons de la famille Azalbert qui circulaient dans la région. Après toi Pierre y aura-t-il encore des commerçants ambulants à Conques ?

Conques sur Orbiel:

Conques sur Orbiel:

Les plus anciens se souviennent de tous ces commerçants ambulants qui, autrefois, sillonnaient les petites routes pour partir à la rencontre des clients, ...