Conques sur Orbiel:

Qui ne se souvient pas, quand il était enfant, avoir picoré des mûres sur le roncier au bord de la rivière. Elles se méritaient ces mûres, les plus dodues très souvent se trouvaient au sommet, c’était la galère avec un bâton de ramener la branche à soi pour espérer les manger. Quand on rentrait à la maison souvent on se faisait gronder par la maman car le joli tee-shirt blanc était tacheté de noir ainsi que nos doigts et le tour de la bouche. Je ne parle pas des bras et des jambes rayés par les épines acérées qui s’agrippaient à vous et ne voulaient plus vous lâcher….Mais quand même, c’était de très agréables moments !"

Retour