CONQUES sur ORBIEL: Le Priourat (Claude Gironis 2016)

CONQUES sur ORBIEL: Le Priourat...Dans ce quartier du vieux Conques, on découvre encore des traces d'un lointain passé, comme la devanture en bois de l'ancienne cordonnerie, des poulies qui servaient à monter la vendange ou le foin dans les greniers, des remises qui renfermaient des caves particulières avec pressoir et cuves en ciment, des écuries pour le cheval et la charrette. En levant les yeux on remarque une vieille girouette posée sur une cheminée depuis longtemps déjà, sur un pan de mur un haut-parleur oublié qui diffusait, il y a plus de trente ans, des informations concernant la vie du village Dans un impasse retiré les ruines d’un clapier, d’un poulailler, d’une porcatière, et dans une rue plus loin, une fontaine murale de 1923 qui ne donnera plus jamais d'eau. Au milieu d'une petite place désertée il y a un banc posé au pied de l'unique platane, il attend désespérément la venue de papys comme autrefois quand ils se réunissaient et commentaient allègrement les nouvelles du village, mais hélas ils ne viendront plus. Jadis ce quartier était très vivant, il y avait toujours du monde dehors, les cris des enfants résonnaient dans les ruelles pentues, on voyait des grand-mères assises devant le pas de leur porte entrain de tricoter. Aujourd'hui beaucoup de maisons sont inoccupées, les ruelles sont calmes, on ne croise quasiment plus personne, juste quelques chats à moitié sauvages qui sommeillent sur le trottoir et d'autres, perchés sur un vieux mur de pierres qui se réchauffent au soleil."

Retour